Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Qui est Jack Ma, fondateur d’Alibaba ?

September 17, 2018 | By | No Comments

17Jack Ma Yun est l’heureux fondateur d’Alibaba, la célèbre plateforme chinoise de ventes en ligne. Plus exactement c’est le co-fondateur, mais aussi le président exécutif, ce qui en fait l’un des hommes les plus riches au monde. En août 2018, sa fortune nette était estimée à 38,6 milliards de dollars et régulièrement, il est présenté par Forbes comme l’un des hommes les plus influents de la planète.

Toutefois, le 10 septembre 2018 il annonçait vouloir se retirer d’ici un an de la direction d’Alibaba, souhaitant se consacrer à ses actions caritatives et éducatives. Son successeur devrait alors être Daniel Zhang, actuel CEO de la compagnie.

Retour sur un parcours hors du commun

Alibaba, la plateforme de e-commerce de Jack Ma

Alibaba, la plateforme de e-commerce de Jack Ma

 

Alibaba et les premiers pas de Jack Ma

Jack Ma a lancé sa plateforme de e-commerce depuis son appartement en 1999. Il avait alors à peine 35 ans.

Au début des années 90, le futur entrepreneur venait d’être rejeté de 30 jobs différents. Il raconte souvent cette anecdote que chez KFC, ils étaient 24 à avoir postulé ; 23 ont été acceptés, mais pas lui. Il est le seul à être resté sur la touche. À la Harvard Business School, il a postulé une dizaine de fois, sans aucun succès. Bref, les temps étaient dures, mais il s’est accroché.

C’est en 1994 qu’il entend parler d’Internet et c’est lors d’un séjour aux Etats-unis en 1995, qu’il se familiarise un peu mieux avec cette technologie.

Au cours de ses recherches Internet, il est surpris de ne trouver aucune information sur la Chine. C’est alors qu’il décide, avec ses amis, de lancer un site “ugly” dédié à la Chine. Quelques heures seulement après son lancement, il est contacté par des investisseurs chinois désirant en savoir plus sur lui.

Les débuts d’Alibaba

En avril 1995 il effectue sa première levée de fonds à hauteur de 20.000 dollars et lance avec sa femme et un partenaire, sa première compagnie. Celle-ci nommée “China Pages” permettait de créer des sites Internet. En trois ans, la compagnie fait 800.000 dollars de bénéfices.

En 1999 il retourne dans sa province d’origine et décide de créer Alibaba, une plateforme B2B basée en Chine. L’aventure commence dans son appartement, avec 18 amis et un budget de 80.000 dollars. Très rapidement, en octobre 1999 et janvier 2000 il effectue des levées de fonds pour un total de 25 millions de dollars en investissements capital-risque étrangers. Son projet était de développer le marché du e-commerce local des petites et moyennes entreprises vers les gros groupes de vente internationaux. Peu après, Ma rejette la proposition de rachat de eBay et préfère la proposition de Jerry Yang, co-fondateur de Yahoo, pour un investissement de 1 milliard de dollars.

En septembre 2014, ce ne sont pas moins de 25 milliards de dollars qu’Alibaba lève lors de son entrée en bourse spectaculaire. C’est la plus importante entrée en bourse jamais faite dans l’histoire de wall Street. L’action fait un bond de 40% à 68 USD. La capitalisation de la société s’élève à 168 milliards de dollars, supérieure à celle de ses concurrents américains que sont eBay et Amazon. Alibaba est aujourd’hui considéré comme l’un des incontournables de l’économie chinoise et son cours est actuellement à 141,25 USD.

 

La philosophie Jack Ma

Jack Ma est issu d’un milieu modeste. Son leitmotiv, lors de la création d’Alibaba était de favoriser les petites entreprises locales, en leur permettant d’utiliser le nouveau réseau qu’était alors Internet afin de court-circuiter les grands réseaux de distribution, réputés pour éponger les petits producteurs.

Mais pas seulement. Jack Ma avait une vision et des convictions.

  • L’importance du client

On le sait, le marché chinois est gigantesque, et le plus souvent, la première victime de cette opulence est le client lui-même, surtout lorsqu’il s’agit des populations reculées des provinces chinoises. Alibaba devait non seulement ouvrir l’accès à une gamme de produits nouveaux pour eux, mais aussi leur donner le sentiment qu’ils étaient importants en tant que clients. A l’époque, la formule employée par Ma auprès de ses employés était “les clients en premier, les salariés en deuxième, les actionnaires en troisième.”

  • Combativité

Alibaba a fait ses premières levées de fonds entre fin 1999 et début 2000, profitant probablement de la vague de financements qui coulait à flot à l’époque sur les start-ups et autres entreprises Internet. Seulement quelques mois plus tard, la bulle Internet explosait, emportant tout ou presque sur son passage.

Jack Ma n’est pas très confiant quant à l’avenir de sa société, mais comme le capitaine du navire, il sera le dernier à quitter son vaisseau. Surtout, il se dit que les difficultés qu’il traverse, et bien ses concurrents doivent certainement les subir aussi, voir pire.

  • Des employés participatifs

Des employés actionnaires : si le système est largement répandu à travers le monde de la high tech, il était alors peu connu en Chine. Jack Ma ne cible pas les élites de sa génération ; il est persuadé que celles-ci cèderont face à la pression en cas de difficultés. Il leur préfère des travailleurs de la classe sociale. Leur paie sera modeste, mais il leur propose en plus un portefeuille de stocks options.

  • Proche du Parti

Jack Ma affectionne les formules. Face au gouvernement il explique “tombez amoureux du gouvernement mais ne l’épousez pas, respectez-le”. C’est ainsi qu’il mène ses affaires en parallèle de ses relations avec l’état chinois. De fait, il sait qu’il n’est pas totalement au contrôle de son emploi du temps, parce que si le secrétaire général venait à l’appeler pour un voyage à l’étranger, il devrait le suivre.

 

Jack Ma philanthrope

Jack Ma est issu d’un milieu modeste. Ancien professeur d’anglais, il n’a pas oublié l’importance du partage.

Il passe 10 années à peaufiner son projet et crée finalement en 2014 la fondation qui porte son nom. Celle-ci est dédiée aux enfants des campagnes chinoises et à l’amélioration de leur éducation. Son modèle ? Bill Gates ! Comme lui il souhaite se retirer des affaires afin de se consacrer à sa fondation et devenir l’un des philanthropes les plus actifs au monde. Il affirme qu’il a beaucoup à apprendre de son aîné, et que s’il ne deviendra jamais aussi riche qui lui, au moins, il aura pris sa retraite plus tôt.

Aussi, il pense un jour revenir à l’éducation, considérant qu’il serait un bien meilleur enseignant qu’il n’a été un bon CEO.

 

En conclusion

Jack Ma est à peine âgé de 54 ans. Pourtant, il a déjà marqué le monde de sa signature, et il est à parier que ce n’est pas terminé. Cet homme, constamment tourné vers les autres, vers ses paires, a su faire de sa particularité une grande réussite. En moins de 20 ans il a construit un géant international. Aujourd’hui, Alibaba est capitalisé à 420 milliards de dollars, et sa ligne directive reste la même : apporter le meilleur service qui soit à ses clients tout en favorisant les petits industriels.

Souhaitons-lui bonne chance pour sa nouvelle retraite et réussite dans ses nouveaux projets philanthropiques.

Submit a Comment