Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Les différents types d’investisseurs et leurs Stratégies

September 18, 2018 | By | No Comments

Il n’y a pas qu’Une méthode d’investissement, ni qu’Un type d’investisseur. En fait, il en existe plusieurs. Ceux-ci diffèrent selon les produits, les calendrier ou encore les compétences de tout un chacun. Certaines méthodes nécessitent plus ou moins d’investissement de départ, d’autres sont plus pointues. Bref, elles impliquent des conditions et des compétences différentes. De plus, certaines vous correspondront mieux que d’autres.

Nous vous proposons de faire un rapide tour de piste afin d’en découvrir les principales caractéristiques, et vous aider à mieux vous connaître et à mieux orienter votre choix.

Les types d'investissement

Types d’investissement – Photo by Hana Kim on Unsplash

 

Le pré-investisseur

Le terme vient d’un terme financier, dit le “pré-argent”. Il est le plus souvent utilisé dans le cas des levées de fonds, ou encore dans l’évaluation potentielle d’une entreprise. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit de l’investisseur lui-même. Le pré-investisseur n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche. Il doit se constituer un capital pour ensuite pouvoir investir. Il doit aussi se familiariser avec ce nouvel univers, qui le plus souvent lui est totalement étranger.

Le pré-investisseur commence à prendre conscience de son potentiel, et du fait qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure : sortir de la pauvreté pour acquérir une meilleure stabilité et indépendance financière.

A présent, il doit se poser la question suivante :
  • Est-ce que je possède dorénavant un capital suffisant pour commencer à investir ?
  • Ou bien, faut-il encore quelques efforts pour constituer de quoi investir correctement ?

Dans un cas comme dans l’autre, et afin de répondre au mieux à cette première question, le pré-investisseur devra commencer à s’informer correctement. Ceci lui permettra non seulement d’évaluer le capital dont il a besoin pour démarrer, mais aussi d’affiner ses objectifs de réussite.

 

L’investisseur conventionnelle – dit passif

La méthode d’investissement conventionnelle consiste en la constitution d’un portefeuille d’actions et d’obligations. C’est votre fond de commerce, et vous le conserverez sur le long terme – en général. La stratégie n’évolue pas puisque vous ne vendez pas. La tendance du marché veut que celui-ci soit à la hausse et qu’à l’âge de la retraite vous vous serez constitué un pont d’or.

Malheureusement, cette technique passive n’est pas si juteuse et peut même ne pas s’avérer si judicieuse que cela. Elle ne vous permet pas de faire face aux dépenses importantes que vous rencontrerez le long de votre vie : éduquer vos enfants, les envoyer à l’université, couvrir des achats importants. Elle ne vous permettra pas non plus d’évoluer dans votre carrière – en l’occurrence, d’investisseur.

Cette méthode cependant vous permettra de constituer un capital de sécurité. Il sera toujours là. Mais ceci implique aussi que vous investissiez sur des valeurs sûres, stables et qui ne risquent pas de fluctuer selon les événements.  

Dans ce cas, quelles sont les stratégies d’investissement alternatives ? Et comment ne pas tomber dans l’investissement à risque !

 

L’investisseur actif

L’investisseur actif construit ses fondations sur le sol de l’investisseur passif, que nous venons juste de croiser. Seulement celui-ci génère des revenus sur le court et le moyen terme, et se sert de sa méthode d’investissement comme d’un revenu récurrent, au même titre qu’un salaire. La valeur de son portefeuille d’actions est moins sujette aux fluctuations, puisqu’il achète au même titre qu’il revend ; il peut ainsi tirer avantage des deux situations. L’investisseur actif fait fructifier son argent, il le “fait travailler”. De fait, l’investissement de départ sied à toutes les bourses. Par contre, l’évolution vers un revenu conséquent implique un travail constant et ceci peut constituer votre activité principale puisque vos profits seront directement proportionnels à l’effort consacré.

Cependant, il est important de garder en tête qu’il y aura aussi des pertes. Quand bien même cela nécessite méthode et professionnalisme, l’investissement n’est jamais une valeur certaine. Ce qui est important de garder en tête est la tendance de votre portefeuille ; vous rencontrerez parfois des échecs, mais pour générer des revenus, le ratio devra rester positif. Si ce n’est pas le cas, il faudra rapidement considérer de vous faire aider, ou de changer de stratégie.

 

Les 5 questions à se poser avant de devenir un investisseur actif

Nous venons de le voir, devenir un investisseur actif n’est peut-être pas à la porté de tous. Et si cela peut s’avérer lucratif, cette méthode comporte aussi des risques. Nous avons regroupé ci-dessous les 5 questions qu’il sera important de se poser avant de décider quel type d’investisseur vous souhaitez devenir.

 

1 – Ai-je le temps nécessaire pour acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour devenir un investisseur professionnel (et donc, minimiser mes risques) ?

Cela implique une formation préalable des différentes techniques et de tous les aspects du marché, ainsi que l’analyse quotidienne des données et des événements internationaux. Tous les signes peuvent faire basculer des actifs à la hausse ou à la baisse, il faut apprendre à décrypter tous les signes.

 

2 – Ai-je les nerfs assez solides ? Le monde de l’investissement est un monde en montagnes russes, et les émotions sont fortes. Certains ne vivent que pour elles, mais d’autres pourraient être déstabilisés par la pression inhérente à cette activité. Avant de commencer, il est important de vous poser la question et de déterminer si cette activité vous convient ou non.

 

3 – Définir ses objectifs. Qu’est-ce que je désire atteindre en investissant ? Est-ce que je veux continuer à faire fructifier mes avoir ou bien est-ce que je désire atteindre au plus vite mon indépendance financière. La réponse à cette question vous permettra d’affiner au mieux votre stratégie : sera-t-elle agressive ou plus mesurée ?

 

4 – Mes objectifs de retraite. Il est important de déterminer quand mes objectifs de retraites seront atteints. Ai-je mis suffisamment de côté pour évoluer vers un investissement passif, ou bien ai-je encore besoin d’augmenter mon capital ?

 

5 – Évaluer ses besoins en fonction de ses compétences. Comment puis-je atteindre mes objectifs tout en minimisant les risques ? Dans mon cas, ne devrais-je pas envisager des revenus moindres, mais en phase avec mes compétences, et donc moins risqués ?

 

De quoi bien démarrer

Nous venons de rencontrer les 3 principaux types d’investisseurs. Il en existe d’autres, mais ceux-ci représentent une bonne base de départ pour l’investisseur débutant. Ils vous permettront de bien considérer vos compétences financières et professionnelles, et de vous poser les bonnes questions. Une fois ces critères bien définis, vous pourrez penser stratégie financière appropriée. Bien entendu, tout au long de votre expérience financière, vous pourrez passer d’un statut à un autre. Ceux-ci ne sont pas figés. Ils sont là uniquement pour répondre au mieux à vos besoins.

Submit a Comment