Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Investissement & Gestion des risques

October 10, 2018 | By | No Comments

La première étape dans la gestion du risque en investissement, c’est déjà d’en avoir conscience. Cette activité comporte des aléas et il est capital de les prendre en compte à tout moment. Ceci n’est pas une option, c’est une obligation.

Le Capital

Avant toute chose, il est primordial de préserver son capital. C’est la somme d’argent avec laquelle vous allez démarrer votre investissement. Quelles que soient les épreuves que vous allez rencontrer durant votre carrière d’investisseur, il sera important de le préserver. Parce que sans capital, pas d’investissement. Et sans investissement, impossible de gagner de l’argent. Si vous vous retrouvez dans la situation de devoir entamer votre capital, cela veut probablement dire qu’il y a un problème dans votre stratégie ou vos objectifs. Il est temps de revoir les bases de votre projets d’investissement, et de rectifier ses paramètres. C’est le moment de prendre du recul et de comprendre quelles sont les difficultés que vous n’arrivez pas à gérer.

Les risques

Vérifier les risques potentiels

En d’autres mots, avoir conscience des risques, les évaluer, c’est un premier pas vers le professionnalisme. Malheureusement, nombreux sont les investisseurs qui prennent cette étape à la légère, cumulant les pertes au point de ne plus pouvoir se retourner.

Si vous désirez atteindre la sécurité financière tant désirée, alors la gestion du risque devrait capter toute votre attention. Parce que vous ne pouvez pas faire de l’argent si vous êtes constamment en train d’en perdre. CQFD

 

Les 4 questions à se poser avant de démarrer tout investissement

 

1 – Comment est-ce que je pourrais perdre de l’argent avec cet investissement ?

Tant que vous n’aurez pas fait le tour de toutes les possibilités de pertes, vous ne connaitrez pas à fond votre sujet. Cela ne veut pas dire qu’il faut devenir parano. On appelle cela l’étude du terrain, ou l’identification des risques majeurs. Une fois que vous aurez listé tous les risques potentiels, il vous faudra trouver le moyen de palier à chacun : comment puis-je faire pour ne pas perdre de l’argent sur tel ou tel paramètre – quels sont les moyens en ma possession pour pouvoir y remédier ?

Rien qu’en répondant à cette première question, vous serez étonné de constater les ressources que vous avez à votre disposition pour limiter les risques.

Par exemple – je décide d’investir dans des actions. Quels sont les points sur lesquels je dois me concentrer ?

  • Les risques inhérents à la société

Est-elle sujette à des scandales, des poursuites judiciaires, des soucis de management ? Est-ce que la société est réputée pour être fiable ou non ?

  • L’industrie concernée est-elle stable ou bien potentiellement une bulle (ex, la bulle Internet qui a fait tellement de dommages au début des années 2000)
  • Qu’est-ce que je cible ? une valorisation ou une croissance ? une capitalisation de grande envergure ou une micro capitalisation ? Non seulement il est important de déterminer ce sur quoi on est le plus compétent, mais l’identification de ces caractéristiques vous permettra de diversifier votre portefeuille. Car ne l’oublions pas, la diversité des options permet de diversifier les risques et donc de profiter des différentes tendances du marché

Il s’agit d’une liste non exhaustive de questions. Mais vous comprenez le principe : les questions que vous vous posez vous orienteront au mieux dans vos recherches et vous aideront à soulever les points cruciaux de votre futur investissement.

 

2 – Comment est-ce que cet investissement répond à mes objectifs ?

Quel que soit le type d’investissement que vous choisissiez, vous aurez défini vos objectifs de départ. Ils sont basés sur votre capacité financière, sur la somme que vous désirez acquérir, sur quelle période de temps, si vous voulez en faire votre activité principale, ou bien si c’est une source de revenus complémentaire. Bref, tous ces paramètres vous permettent de définir les objectifs qui vous accompagneront tout au long de votre carrière financière. Au fur et à mesure de votre parcours, vous pourrez toujours les réajuster, mais ils représentent votre graal, votre cible ; ils sont les garde-fous de votre stratégie. Ils sont votre référence.

Les objectifs financiers

Quels sont mes objectifs

C’est la raison pour laquelle, à chaque fois que vous évaluez un nouvel investissement il est important de définir s’il répond à vos objectifs de départ. Parce que si la réponse est non, c’est peut-être que vous n’avez pas encore les ressources nécessaires (temps, financières, connaissances) ou que cet investissement n’est pas adapté pour vous. Et s’il ne l’est pas, pour X ou Y raison… c’est signe de danger.

 

3 – Quelle est ma stratégie de sortie ?

Savoir quand démarrer un investissement, c’est bien – c’est même essentiel. Savoir quand je vais en sortir, c’est mieux. Définir dès le départ le type d’investissement que je souhaite faire : court, moyen ou long terme. Quand est-ce que je compte revendre pour rentrer dans mon argen ?… Ces échéances vous permettent de prendre de la distance avec votre investissement, parce que celui-ci est un moyen d’atteindre vos objectifs, ce n’est pas un mariage. Vous n’êtes pas lié à votre investissement. Et savoir renouveler régulièrement ses actifs, c’est apporter du sang neuf à son portefeuille.

Attention, nous ne disons pas qu’il faut acheter et revendre à tout bout de champ. Mais l’idée, c’est quand même de générer des revenus, de gagner de l’argent. Si vous restez inactifs quant à votre investissement, il ne pourra pas vous rapporter d’argent. Encore faut-il évaluer le meilleur moment, le moment optimal par rapport à l’actif lui-même, et à l’ensemble de votre portefeuille. Cette date de sortie n’est pas catégorique, d’autres facteurs peuvent intervenir entre temps et la transformer. Mais cette échéance vous donne un bon repère. Il est nécessaire de la garder à l’esprit.

 

4 – Cet investissement est-il une bonne décision financière ?

Cette question est un peu plus technique que les précédentes. En gros, est-ce que la valorisation et/ou le retour sur investissement sont en phase avec la compétition. Le monde de la finance est très compétitif, et les valuations des actifs peuvent parfois être excessives. Lorsque c’est le cas, les bénéfices ne seront pas au rendez-vous.

Prenons deux exemples.

  • La bulle de 2000, alors que le NASDAQ vendait à 200 fois le prix. Comment la globalité des société pouvait-elle tirer son épingle du jeu ? Réponse : impossible. Et on a assisté à un effondrement des nouvelles sociétés Internet.
  • La crise des subprimes dans les années 2005 – 2010. On promettait aux investisseurs qu’ils revendraient à haut prix, que les taux seraient faibles, les garanties demandées quasi inexistantes (capacités de remboursement très mal évaluées), tout comme les taxes et les assurances à payer. Résultat des courses, des impayés, des faillites personnelles, des insolvabilités.

Ce que nous essayons d’expliquer ici, c’est est-ce que l’affaire proposée tient la route ? Est-ce que le retour sur investissement est cohérent par rapport à l’investissement initial ? Est-ce que le potentiel du business est avéré, ou bien est-il construit sur des spéculations ? En bref, est-ce que l’affaire a répondu à toutes vos inquiétudes ou bien est-ce un quitte ou double ? Parce que si c’est le cas, sachez qu’il y a de grandes chances que vous partiez quitte et que vous perdiez si ce n’est la totalité, une grande partie de votre investissement initial.

 

En bref

Sans cesse vous devez vous poser les bonnes questions. Evaluer votre potentiel de réussite, l’ensemble des cartes que vous avez en main. Toujours avoir conscience des risques encourus. Vous pourrez parfois décider d’y aller quand même, parce qu’à terme, vous apprendrez des choses, vous aurez tâté le terrain. Dans ce cas là, il faudra minimiser les risques et ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, y aller doucement. A terme vous aurez acquis des connaissances et des compétences nouvelles, qui elles, vous aideront à améliorer votre stratégie.

Par contre, si vous ne soulevez que des lumières rouges, que l’investissement semble être une source d’ennuis et de déceptions… alors fuyez. Vous n’aurez peut-être pas toutes les réponses à vos questions de suite, mais dans quelques semaines, quelques mois, les événements vous donneront raison et vous comprendrez pourquoi vous avez pris la bonne décision, celle du bon sens.

Submit a Comment