Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Go-Jek, ou le succès des Moto-taxis

September 22, 2018 | By | No Comments

Vous voulez parler d’une application qui fait le buzz… Go-Jek !

Le siège de la start-up est basé à Jakarta en Indonésie. La société a été créée en 2010 par une vingtaine de conducteurs de scooters, et son nom, Go-Jek, est issu du mot “ojek” qui signifie moto-taxi en Indonésie.

L’application a pris un peu plus de temps et a été lancée en janvier 2015. Depuis, elle a été téléchargée plus de 30 millions de fois et près d’un million de chauffeurs se rendent disponibles sur 18 sites différents. Go-Jek est aujourd’hui dans le top 10 des marques les plus prestigieuses d’Indonésie et dans le top 3 des sociétés de transports et logistique.

En 2017, la marque était reconnue comme l’une des 50 sociétés qui ont changé le monde et en février 2018, sa valorisation s’élevait à 5 milliards de dollars.

Go-Jek

Go-Jek, les moto-taxis

 

Retour sur une licorne de la high tech

Qu’est-ce qu’une licorne ?

Une licorne est une société dont la valorisation a dépassé les 1 milliard de dollar avant même d’être cotée en bourse. Elle tient son nom de par la rareté de ces conditions. Le terme a été employé pour la première fois en 2013, par l’analyste Aileen Lee qui décrivait alors un pool de jeunes sociétés dont les caractéristiques, en plus de leur valorisation record, étaient d’être issues de la high tech et d’être installée aux Etats-Unis. Depuis lors, le terme a quelque peu évolué ; les conditions matérielles restent les mêmes, mais des sociétés dispersées à travers le monde bénéficient dorénavant du qualificatif. Dans le haut du panier, on reconnaît quelques noms, comme Uber, AirBnB, Pinterest…

En 2015, la première licorne française fut Blablacar, avec une évaluation à 1,6 milliards de dollars et une spectaculaire levée de fonds de 200 millions. Depuis, l’un des défis de la French Tech est de soutenir de nouvelles start-ups et de générer un nouveau parc de licornes 100% françaises.

 

Go-Jek, en quelques chiffres

La force de Go-Jek est qu’elle a su créer un service parfaitement cohérent avec le marché asiatique et plus particulièrement le marché indonésien. La circulation est dense, les moto-scooters très présentes,  les besoins de services à petits prix sont très attendus et le désir de certains de gagner de l’argent en plus de leur travail, urgent. C’est un service qui a été créé par les indonésiens pour les indonésiens. Ceux-ci étaient parfaitement conscients des conditions locales.

Aujourd’hui, la société revendique 15 millions d’utilisateurs chaque semaine (5 millions uniques par semaine, ce qui implique une moyenne de 3 courses hebdomadaires par utilisateurs uniques).

La Go-Jek team

Les ambassadeurs Go-Jek

Sa valorisation record de 5 milliards de dollars a aussi été possible par une levée de fonds elle-même remarquable de 1,5 milliard de dollars. Entre autres investisseurs, on retrouve le géant Google. L’objectif annoncé de cet investissement est avant tout de répondre à une concurrence agressive, Uber et Grab en tête de lice. Grab est une société singapourienne qui est elle-même valorisée à 6 milliards de dollars. Uber quant à lui se pose comme un compétiteur d’envergure. Il sait que dans un premier temps il investit à pertes, mais le marché est plus que prometteur.

 

La diversification des services

L’une des forces et caractéristiques de Go-Jek est qu’ils ont réussi à se diversifier. Ils ne se sont pas cantonnés à la simple course de passagers comme un taxi normal. Ils ont diversifié tous les services qu’un tel véhicul peut offrir. Ainsi, Go-Jek vous délivre votre déjeuner, se déplace pour des paiements, et propose toute une gamme de services annexes. C’est l’un des secrets de la multi utilisation hebdomadaire par client unique.

Go-Jek ne s’est pas contenté de rassembler un million de chauffeurs, mais s’est aussi associé à 125.000 commerçants et 30.000 autres services, regroupés sous les appellations telles que Go-Car, Go-Shop ou encore Go-Food. La liste est très longue, vous pouvez même réserver un massage, ordonner le lavage de votre véhicule…

 

Le développement de Go-Jek

Au niveau local, Go-Jek semble avoir un impact favorable sur le pouvoir d’achat de ses chauffeurs. En effet, un étude montre que ceux-ci gagneraient un salaire 1,25 fois supérieur au salaire moyen indonésien.

Mais pas seulement, Go-Jek contribuerait à l’économie indonésienne elle-même, à hauteur de 732 millions de dollars chaque année.

La compagnie s’étend dans les principales villes de l’Indonésie, mais aussi dans des communautés rurales qui semblent s’acclimater à ces nouveaux services.

Côté international, Go-Jek affiche sa volonté d’expansion et compte investir 500 millions de dollars afin de se diversifier dans des pays tels que le Vietnam, la Thailand, ou encore les Philippines.

 

L’avenir de Go-Jek

Le 12 septembre dernier, Nadiem Makarin, le président exécutif de Go-Jek déclarait que les “utilisateurs ont besoin de plus de choix et que le marché avait besoin de plus de compétition pour se développer de manière conséquente.” Gageons que ce marché très porteur va continuer de se développer et de se diversifier. Aucun service similaire n’est encore annoncé en occident. Il est vrai que les conditions sont différentes et que le service n’est pas encore totalement adapté. Mais ce qui est certain, c’est que les concurrents en place sont déjà en train de plancher pour exporter cette solution vers nos contrées.

Submit a Comment