Image Image Image Image Image Image Image Image Image

August 2018 - Investissement Fute

Que veut dire “Blockchain” ?

August 22, 2018 | By | No Comments

Il est des mots et des expressions sur la toile que l’on rencontre, que l’on utilise parfois, à bon ou mauvais escient, mais sait-on vraiment de quoi il s’agit ?

Aujourd’hui nous souhaitons apporter quelques éclaircissements sur la Blockchain. Non seulement parce que c’est intéressant, mais aussi parce que ça pourrait rapporter gros. Et puis surtout, parce qu’on aime bien être bien informés.

Blockchain

Système Blockchain

 

La Blockchain – kezako ?

Déjà, en français, on dit “la” blockchain, parce que c’est un nom féminin. En effet, sa traduction littérale veut dire – la chaîne de blocs – ou plus exactement, – la chaîne de transactions.  

La blockchain est une technologie apparue en 2008, en même temps que la monnaie numérique du bitcoin. Elle permet de stocker, puis de transmettre des informations. Elle se veut transparente, sécurisée et indépendante, c’est à dire décentralisée de tout organe de contrôle. En gros, il s’agit d’une base de données, dont les informations sont soumises par les utilisateurs, et vérifiables par ces derniers, sans aucun intermédiaire nécessaire.

Comment ça marche

Ces données sont contrôlées et regroupées selon des intervalles de temps réguliers, sous forme de blocs, créant ainsi une chaîne ; ceux-ci étant sécurisés par cryptographie, toutes les informations contenues sont protégées contre toute altération ou modification, créant des noeuds de stockages. Et ce, depuis la création initiale du concept.

Il en existe deux sortes, les publiques, accessibles à tous, et les privées, soumises à un cercle restreint et limité. En gros, une blockchain publique peut se comparer à un immense livre des comptes, ouvert à tous, anonyme et inaltérable. Comme le décrit Jean-Pierre Delahaye, mathématicien, ce serait “un très grand cahier que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible.”

Cette technologie aujourd’hui est telle que de nombreuses entreprises envisageraient son utilisation pour d’autres applications que celles liées à la monnaie numérique.

La Blockchain – on en fait quoi ?

La blockchain a d’abord été créée dans le cadre des cryto-monnaies, telles que le Bitcoin. Mais à terme, elle pourrait bien servir à des applications nécessitant de sécuriser les échanges entre particuliers, sans avoir recours à aucun organe de vérification.

Dans le cas qui nous intéresse, nous aurons besoin de monnaie d’échange, ici un token – ou un jeton.  

Les transactions s’effectuent entre les utilisateurs et seront rassemblées par blocs. Chaque crypto-monnaie possède ses techniques, qui elles-mêmes réfèrent à un type de blockchain. Dans le cas du bitcoin, le noeuds de réseaux est validé par un “Proof of work”, – une preuve de travail qui valide le processus selon un algorithme précis. Le bloc étant approuvés, il sera ensuite horodaté et assemblé au reste de la chaîne de transactions, visible par tous les utilisateurs du réseau. Les délais de validation varient selon le système et peuvent s’étendre de 15 secondes à 10 minutes.  

La Blockchain – Application

De par son caractère combiné de sécurité et de transparence, la blockchain répond à de nombreuses applications, chaque jour plus nombreuses. Mais dans le cas de transactions financières, on peut en isoler 3

  • Les transferts d’actifs, quels qu’ils soient : monnaies, titres, actions, fonds…
  • Le livre de compte : disponible, accessible et pertinent
  • Les Smarts-Contracts – les contrats intelligents : une fois programmés, ils n’ont plus besoin ni d’intervention, ni de contrôle. Ils fonctionnent selon un mode automatique et auto-suffisant.

C’est la raison pour laquelle les acteurs qui s’intéressent à cette technologies sont non seulement de plus en plus nombreux, mais surtout de plus en plus exigeants. On y rencontre des banques, des sociétés d’assurance, des brokers de santé et d’autres institutions qu’elles soient industrielles, culturelles ou étatiques.

La Blockchain – Un intérêt international

En Europe

En mai 2016, le Parlement européen a mis en place un groupe de travail dédié au contrôle de la blockchain et des crypto currencies ; son objectif étant de définir des mesures législatives propres. Le 1er février 2018 était créé l’Observatoire Forum des Blockchains, dont la mission est de contrôler, réguler et promulguer les avancées technologiques et leurs applications au sein de l’Europe.

En France

Fin 2015, la Caisse des dépôts a rassemblé les principaux acteurs financiers autour du sujet des blockchains, afin d’en tester leurs usages.

En 2016, si le gouvernement français semble frileux face à ces nouvelles technologies, fin 2017 le conseil des ministres adoptait une ordonnance en leur faveur, autorisant leur utilisation sous le nom de “dispositif d’enregistrement électronique partagé”. Depuis, d’autres missions ont été mandatées pour aider les blockchains à bénéficier des organes officiels et afin de caractériser au mieux leurs enjeux technologiques et stratégiques.

En Allemagne

Un grand constructeur automobile, Daimler AG, a annoncé avoir exécuté des transactions financières à hauteur de 100 millions d’euros, en utilisant la technologie blockchain. Quatre banques ont participés aux transactions.

En suisse

Le canton de Genève lance un partenariat privé-public. Il s’agit encore d’un projet pilote, impliquant le négoce de matières premières.

Comment éviter les fraudes ?

August 22, 2018 | By | No Comments

Le nouvel investisseur comme l’investisseur aguerri, doivent avoir en tête qu’ils vont faire face à quelques obstacles et certaines difficultés : comment évaluer son potentiel financier, où trouver les bons conseils et vers qui se tourner, quels sont les délais de retour sur investissement et comment les évaluer. Mais surtout, il est important d’éviter les embûches et de bien choisir ses partenaires financiers. On n’est pas sans savoir que les fraudes existent, et tout particulièrement sur Internet. Il est donc impératif, en investisseur responsable, de suivre quelques étapes simples que nous vous proposons de découvrir ci-après, afin de découvrir et d’éviter toute fraude Internet.

Prévention

Prévention des fraudes

Etape 1 – Détecter une fraude

Chaque jour sont reportés de nouvelles fraudes et de nouvelles escroqueries financières. Il est donc important de se tenir au courant et de faire des recherches, surtout lorsque l’on souhaite tester une nouvelle méthode financière et/ou se rapprocher d’un nouveau partenaire et investir de manière sûre.

 

Quels sont les signaux de fraude ?

Tout d’abord, il est important d’avoir en tête que les fraudes peuvent intervenir de nombreuses manières, par téléphone, par annonce, par message SMS. Mais cela ne veut pas forcément dire que tous les appels que vous recevrez seront par définition une fraude, ni qu’un email ne peut pas vous offrir une réelle opportunité.

Alors quels sont les signes ?
  • Le secret : le fraudeur aura tendance à vous dire qu’il s’agit d’un secret, et que pour en profiter au maximum, il ne faut en parler à personne. Il essaie de vous convaincre qu’il s’agit d’une aubaine et que si trop de monde venait à être au courant, le profit serait moindre. En fait, il cherche à vous isoler et à vous empêcher de vous renseigner ou de prendre conseil auprès d’avis mieux expérimentés et qui mettraient à jour l’escroquerie financière.
  • Risque zéro, doubler votre investissement et gagner de l’argent facilement. Il n’y a rien de tel que le risque zéro dans le monde de l’investissement. Si on vous sort de telles sornettes, fuyez au plus vite et reportez la fraude aux associations compétentes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle tout investissement financier digne de ce nom vous conseillera de n’investir que ce que vous pouvez vous permettre de perdre, de façon à ne pas vous endetter de manière irresponsable.  
  • Ne ratez pas votre chance, saisissez-la au plus vite. L’investisseur responsable sait qu’il ne faut pas brusquer les choses. Il a besoin de temps et de réflexion, il a besoin de mettre sa stratégie financière en place. Celui qui ne vous donne pas le temps de la réflexion a quelque chose à se reprocher. Il cherche à vous forcer la main.
  • C’est ce que fait tout le monde. Oui mais justement… vous n’êtes pas tout le monde. Le fraudeur potentiel essaiera de gagner votre confiance et de faire passer sa méthode comme une solution banale. “Quoi ? vous n’avez pas encore testé ?”. S’il existait une méthode miracle pour investir, ça se saurait. Et ceci est tout particulièrement valable dans l’univers de l’investissement Internet, et des réseaux sociaux qui tissent leur toile autour de leurs victimes potentielles.

 

Etape 2 – Eviter la fraude

Vous venez de découvrir quelques fraudes potentielles. Mais avant qu’elles n’arrivent à vous, comment les éviter ?

  • Un partenaire financier n’est pas un ami. En effet, le fraudeur tentera toujours de tisser des liens personnels avec vous. Quel que soit le moyen de communication, téléphone, mail ou direct, il cherchera toujours à trouver le point commun entre vous. Des centre d’intérêt communs, des connaissances communes… bref, il tentera de vous faire baisser la garde. Il est donc important d’être bien entourré-e et bien conseillé-e, et de vérifier la source avant d’investir.
  • Le fraudeur fera le plus souvent référence à des produits financiers complexes ou inconnus. Pourquoi ? Pour vous intimider, pour passer pour un expert, ou tout simplement pour vous empêcher de trouver quoi que ce soit sur le produit qu’il vous propose. Un partenaire incapable de vous expliquer correctement le produit qu’il vous propose ou de vous rassurer en vous apportant les garanties nécessaires n’est pas digne de confiance. Un produit financier sur lequel il est impossible de trouver des informations… soyons sérieux, ceci n’est pas un gage de qualité. Le mieux vous serez informé-e sur le produit financier, le mieux vous pourrez évaluer vos chances de réussite et établir la stratégie qui vous convient.
  • Le fraudeur tentera d’exploiter vos craintes. La peur et l’insécurité sont les meilleurs amis du fraudeur. Il s’en servira au maximum. La peur du lendemain, la crainte de ne pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, de ses proches, l’insécurité face à ces amis qui ont tout… la liste est longue. Mais est-ce une bonne motivation pour investir correctement ? Non ! Votre décision d’investissement ne doit pas être motivée par des facteurs de craintes ou de peur. Et quiconque essaie de vous conduire sur ce chemin ne sera pas de bon conseil.

En conclusion

Nous venons de constater quelques-uns des signaux d’alerte pour repérer une fraude. Il en existe certes d’autres, mais ceux-ci sont certainement les plus importants pour vous prévenir contre une escroquerie. Toujours avoir en mémoire que lors de vos recherches Internet, si vous ne trouvez rien sur le produit financier, sur le partenaire potentiel, ceci n’est pas bon signe. Aujourd’hui, de nombreux sites vous permettent d’identifier les fraudes et autres escroqueries financières, servez-vous en. Les fraudes et les arnaques sur Internet sont identifiables. N’hésitez pas vous-mêmes à reporter les faits aux institutions compétentes si vous êtes confrontés à une fraude financière. Et n’oubliez pas qu’un investisseur bien informé est un investisseur sur la voie de la réussite.  

 

Bitcoin cash, comment ça marche ?

August 16, 2018 | By | No Comments

Historique

Le Bitcoin cash est apparu en 2017, alors qu’un groupe de développeurs souhaitait augmenter la taille maximale des blocs bitcoin. Pour ce faire, il fallait qu’ils effectuent un amendement au code existant. Cette transformation du code, appelée Hard Fork a permis de diviser en deux la capacité bitcoin, comme pourrait le faire une multiplication cellulaire. Dès lors, les détenteurs de bitcoins se sont trouvés en possession d’une monnaie supplémentaire équivalente à leur porte monnaie existant, mais cette fois en unité bitcoin cash. Techniquement parlant, si les deux cryptocurrencies  partageaient jusque là la même blockchain, c’est à ce moment précis qu’elles se sont séparées, s’engageant sur des chaînes différentes. L’un des gros avantages de cette séparation c’est qu’un agresseur informatique ne peut pas intercepter une transaction sur les deux blockchains. C’est ce que l’on appelle une “replay protection”. De plus, ce nouvel algorithme permet de différencier les signatures électroniques des transactions, et d’éliminer les confusions d’un canal sur l’autre.

Bitcoin cash

le Bitcoin Cash

Evolution

Sans le bitcoin original, le bitcoin cash n’aurait pas vu le jour. Néanmoins, il se veut être une version “améliorée”, certains prétendant même que ce serait la meilleure monnaie au monde. Elle répond à toutes les exigences de sa grande soeur et de manière électronique permet des échanges de biens entre particuliers. Que ce soit les sites marchands comme les particuliers, chacun bénéficie de confirmations et les frais se veulent faibles.

Avec un développement décentralisé, des innovations permanentes et son adoption grandissante et à travers le monde, le bitcoin cash semble s’assurer un futur très prometteur.

Comment on s’en sert ?

Depuis son mobile ou tout support informatique, on peut procéder à des échanges en bitcoin cash. Les délais d’utilisation et de confirmation suivent les canaux Internet et se veulent très rapides, à quelque moment de la journée que ce soit. On parle de quelques secondes pour la transaction, et de quelques minutes pour la réception de la confirmation de paiement.

Les montants peuvent couvrir tous types de dépenses, des plus infimes aux plus conséquentes, il n’y a pas de restrictions. Même des transactions professionnelles peuvent bénéficier de ce service. Les paiements peuvent s’effectuer de n’importe où dans le monde, à n’importe quelle heure. Pour peu que les parties engagées supportent le système de paiement bitcoin cash, il n’y a pas besoin de respecter des heures précises d’ouverture puisque tout est automatisé. En plus, aucun frais de change puisqu’il s’agit de la même monnaie, même si on est dans des pays différents.

Le bitcoin cash a été créé pour répondre à une plus forte demande que celle précédemment requise par le bitcoin original. Il est aussi mieux sécurisé.

Bref, le bitcoin cash c’est un peu la version 2.0 du bitcoin traditionnel : plus performant, plus sécurisé et répondant à des demandes précises des utilisateurs de bitcoin.

Pourquoi se mettre au bitcoin cash ?

  • Il est pratique

On vient de le voir, pour peu qu’il y ait une connexion Internet, 24 heures sur 24, 365 jours par an on peut effectuer des transactions bitcoin cash. Aucun besoin d’obtenir ou d’attendre l’autorisation d’une tierce partie, tout est automatisé.

  • Contrôle total

Il n’y a pas d’intermédiaire bancaire, et la technologie est décentralisée – c’est-à-dire indépendante d’une autorité étatique. A part la technologie elle-même, aucun mandataire ne peut refuser votre transaction, ni mettre en danger votre capital. Vous avez le contrôle total de vos avoirs et de vos échanges.

  • Postulat

A leur création, il a décidé qu’il n’y aurait pas plus de 21 millions de coins. Aucun risque de surévaluation, de dévaluation, de surcharge. A l’inverse de certains gouvernements qui impriment plus de monnaie qu’ils ne peuvent, créant les inflations, bitcoin cash reste et restera au même niveau.

  • Intimité et anonymat

Contrairement aux échanges bancaires et aux transactions traditionnelles, le bitcoin cash améliore l’intimité de votre vie privée et l’anonymat de vos échanges. La décision vous appartient de les rendre publiques ou non

  • Meilleur pouvoir d’achat

Du fait de la réduction des charges qu’entraînent habituellement les banques ou les paiements par carte de crédit, certains sites marchands offrent des réductions aux utilisateurs de bitcoin cash. Leur désir étant de faciliter l’adoption du système par leurs clients

En bref

Les bitcoin cash ont bénéficié des faiblesses des bitcoins. Entre 2016 et 2017, ces derniers devenaient de moins en moins fiables et de plus en plus chers. L’une des raisons à ceci, c’est que la communauté internationale n’arrivait pas à trouver de consensus pour en augmenter les capacités. Ainsi, en 2017, la prédominance du bitcoin est passée de 95% à seulement 40%. La force du système c’est que certains de ses développeurs, de ses investisseurs, de sa communauté au sens large, continuaient de croire à ce moyen de paiement. Surtout, ils se sont rapprochés de l’hypothèse de départ qui était de créer un protocol sécurisé, stable et facile d’utilisation, avec des frais minimums ; une crypto-monnaie qui pourrait être échangée par tout le monde à travers le monde. C’est sur cette entente qu’ils ont réussi, le 1er août 2017 à offrir à la communauté internationale le nouveau bitcoin, le bitcoin cash. Et force est de constater que depuis lors, la nouvelle cryptocurrency répond à toutes les attentes, que ce soient celles des consommateurs, comme des revendeurs. Elle se démocratise et se rend accessible. Et nombreuses sont les sociétés qui tablent sur ce nouveau système pour leur développement propre. Les technologies continuent de s’améliorer et la sécurisation suit la même tendance.